Villeneuve-sur-Cher Bourges – La Chapelle-Saint-Ursin – Villeneuve-sur-Cher – Morthomiers

D'une vallée à l'autre, emprunter en partie la voie romaine pour rejoindre au plus près la vallée du Cher, longer ses coteaux bordés de château, vignes et forets, rechercher des traces anciennes : dolmen, autel druidique.

Points d’intérêt

  • Ancienne voie romaine
  • Étang et rivière (Le Cher)
  • Bois
  • Patrimoine culturel : églises, châteaux, puits…
 routes, chemins de terre et de forêt, peu de côtes  34 km aller-retour  4 h aller-retour

 Points de vigilance : Compte tenu de la variété des voies empruntées : il est souhaitable de venir avec un VTT ou VTC sinon penser à bien gonfler vos pneus et à avoir une chambre à air de secours.

Télécharger données KML

Départ : 10 h – Chemin de Villeneuve
Parking du cimetière du Lautier (quartier Aéroport) – près du Centre AFPA.

Nous empruntons le chemin de Villeneuve (d'une longueur de 2,5 km voire plus) – zone pavillonnaire et quelques petites HLM et nous arrivons directement sur l'ancienne voie romaine (Argenton-sur-Creuse-Bourges). C'est une voie empierrée, large donc nous pouvons nous laisser aller pour admirer le paysage (de grandes étendues et quelques maisons au lointain).

Nous pensons toutefois à bien anticiper les quelques trous qui se présentent.

En un rien de temps : nous entrons dans la commune de La Chapelle-Saint-Ursin dont nous découvrirons le centre au retour. Effectivement, nous vous proposons d'emprunter de suite une petite route pour aboutir dans un lieu où nous attend un étang. Profitons de ce cadre bucolique et de son calme pour effectuer une petite halte.

Puis nous rejoindrons la sortie de la commune par une zone artisanale et nous emprunterons la D 16 . Cette portion est assez longue jusqu'à la commune suivante mais elle nous permettra d'admirer les bois alentours. Bien entendu compte tenu de la fréquentation de cet axe : il est conseillé de rouler les uns derrière les autres.

Au bout de 3 km : un faux-plat se présentera donc réglage de son « véhicule » et bonne respiration. Et tout en haut de cette côte nous aurons une vue sur Villeneuve-sur-Cher. Près du château d'eau nous stopperons quelques instants afin de vous préciser les endroits que nous allons vous faire découvrir : les châteaux, les bords du Cher, le pigeonnier Galifard…

L'heure du pique-nique au bord du Cher sera la bienvenue pour échanger nos remarques sur ce début de trajet. Vous serez également intéressé(e)s par les panneaux indiquant les voies eau et fer, les curiosités des communes avoisinantes.

Puis nous reprendrons nos vélos pour partir sur des chemins boisés et forestiers donc les voies sont étroites et demandent de l'habileté : très bon exercice pour cyclistes urbains. Nous resterons les uns derrière les autres pour ne pas se gêner.

A la sortie de Villeneuve, nous emprunterons une petite côte qui nous conduit directement dans les bois. Au bout de quelques kilomètres en sous-bois, nous circulerons sur des chemins plus larges et franchirons les lieux-dits du Soubeau et du Pisseau avant d'entrer dans Morthomiers. Une halte sera faite pour vous apporter des précisions sur cette commune par un de nos accompagnateurs.

Puis retour sur la route départementale qui nous ramènera sur La Chapelle-Saint-Ursin et en son centre (place de l'église, le puits...). Il est à noter qu'une réserve nationale naturelle des chaumes du Vernillier d'une étendue de 80 ha a été créée. (cf site de la commune précisant les différentes espèces végétales)

Puis nous reviendrons sur la voie romaine pour rentrer tranquillement sur la ville.

Nous aurions aimé effectuer l'intégralité de la sortie seulement sur l'ancienne voie romaine pour se rendre de commune en commune mais certains chemins ne sont pas praticables (ronces...).


En savoir plus

La Chapelle St Ursin

La légende de saint Ursin raconte qu’il aurait été le premier évêque de Bourges et le grand évangélisateur du Berry. Son histoire est donc directement associée à celle des origines de l’Église berruyère.

La légende commence à vivre sous forme écrite à partir de la fin du vie siècle, le premier évêque de Bourges fut envoyé depuis Rome pour évangéliser le Berry. Peu avant l’arrivée au but final de son voyage, il perd son compagnon de route, Just. Chassé une première fois de Bourges, il regagne la ville et y poursuit son œuvre d’évangélisation.

Il établit sa première église dans les écuries du sénateur des Gaules, Leocadius, mais, les foules affluant, celle-ci s’avère rapidement trop exiguë. Le sénateur, sensible aux prières d’Ursin, finit par lui céder le palais qu’il possédait dans la ville, où sont alors déposées les reliques du martyr Étienne, et se convertit au christianisme tout comme l’un de ses fils, Ludre.

Après 27 ans d’épiscopat, Ursin, prévenu qu’il est sur le point d’être rappelé par le Seigneur, choisit son successeur, Sénécien, et meurt.

Saint florent sur cher

Saint-Florent doit sans doute sa naissance à la présence d'un gué, d'où partait un faisceau de routes que les romains utilisaient.

Le village eut de tout temps de quoi séduire, puisque s'ajoutait au passage aisé de la rivière le fait qu'elle soit navigable.

Depuis le moyen-âge, on trouve donc ici une importante corporation de mariniers et conducteurs de bois flottant. A Saint-Florent, relais de "marins de l'intérieur", se justifiait la présence de 2 ports : l'un en amont, la Noue près de l'actuel viaduc, et l'autre en aval près du champ de foire.

Il existe encore une chaussée de César en ville, ainsi que quelques arches des vestiges du dernier pont romain près du pont actuel. Cette voie romaine reliait Bourges à Issoudun, Argenton, Poitiers et permettait également de rejoindre Bordeaux.

Le château devenu Hôtel de Ville.

http://jardinoscope.canalblog.com/archives/2008/11/01/15686977.html

Le plus ancien seigneur connu est Jean des Barres, seigneur de La Guerche, petit-fils de Guillaume des Barres qui s'illustra en 1191, en battant Richard Cœur de Lion. Situé entre Bourges et Issoudun, le château eut à subir plusieurs sièges et de nombreuses dévastations pendant les guerres de religion. Il fut attaqué et pillé en 1562.

En 1625, la seigneurie de Saint-Florent est vendue à Henri II de Condé, prince de sang, duc de Châteauroux, seigneur de La Châtre et gouverneur du Berry. Après lui, en 1646, Saint-Florent revient à son fils Louis de Bourbon, dit le Grand Condé, chef de la Fronde. Ce dernier va entraîner la ville dans les tumultueux épisodes de la guerre civile. Saint-Florent échappe néanmoins à la destruction. La seigneurie de Saint-Florent restera dans cette famille jusqu'en 1727.

Le château passa de mains en mains et fut acheté par Monsieur Carpentier, négociant. Sa fille épousa le fils d'un industriel d'Orléans, Monsieur Brunet, qui fut longtemps maire de Saint Florent. Ce fut lui qui transforma et rebâtit en grande partie le château. Il modifia complètement l'ancienne forteresse médiévale qui devint un château de style Louis XII avec un revêtement extérieur de briques rouges, une large terrasse à balustrade sur toute la façade et un magnifique escalier à double révolution.

Vendu et revendu, le château devint la propriété de la commune de Saint Florent en 1936 pour héberger les services municipaux. Le donjon et la chapelle, le colombier, œuvre de l'architecte Le Juge, restent les vestiges les plus anciens. Le donjon du XVe siècle est inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

Villeneuve sur Cher
Histoire
  • Le nom de Villeneuve (Villanova) indique une origine romaine.
  • Le gué de Villeneuve était considéré comme un point stratégique important ; dans son traité de 1196 avec Richard Cœur de Lion, Philippe Auguste fut autoriser à le fortifier
  • La paroisse dépendait de 2 seigneuries séparées par le Cher : celle de droite était la seigneurie de Villeneuve et la rive gauche appartenait au duché-pairie de Chârost.
  • Le premier instituteur primaire a été M. Bierge en 1845. En 1872, l’école a cessé d’être mixte et ce sont des sœurs qui on tenu celle des filles. En 1911, il y avait outre les écoles primaires de filles et de garçons une école libre de filles.
Lieux et monuments


Vieux château à Villeneuve-sur-Cher.


La Tour XVIIIe siècle, Villeneuve sur Cher.

  • Dolmen dit La Table ou La Pierre de la Roche
  • Site médiéval de la Tour de Bau (ou Bort).
  • Au sud de Villeneuve, se dressait un château dont il ne reste qu’un grand bâtiment d’habitation et une tour datant du XVe ; une petite chapelle, adossée au mur du nord, est du XVIIIe : elle est surmontée d’un campanile et au fronton de la porte on voit l’écusson de Vincent Soumard, le propriétaire qui l’a construite
  • La Tour, bâtiment aux murs épais, avec un escalier en spirale et des fenêtres à appuis saillants. Elle appartenait aux Dames de la Visitation de Bourges en 1791.
  • Ruines de Galifard, castel du XVIe flanqué de deux tours.
  • L’église Saint Pierre date du XIIe et a été réparée en 1869.